Comment installer une pompe à chaleur sans se tromper ?

comment installer une pompe à chaleur sans se tromper

Les Français sont nombreux à penser aux jours plus frais en période estivale. Les travaux énergétiques se préparent quelques mois à l’avance, c’est un fait indéniable. Et avec l’hiver qui se rapproche, songer à installer du matériel plus performant pour réduire sa consommation est primordial. La pompe à chaleur constitue par ailleurs un élément indissociable du système de chauffe d’une habitation. Alors que son installation n’a rien de très compliqué, le choix de celle-ci est un peu plus complexe. On vous éclaire sur le sujet tout de suite.

À quel prix installer une pompe à chaleur ?

Si la volonté de passer à une énergie plus propre se fait ressentir chez la plupart des Français, la question du budget, quant à elle, n’est pas aussi unanime. En effet, installer un équipement aussi sophistiqué qu’une pompe à chaleur a des allures de travaux compliqués aux premiers abords. Et qui dit travaux compliqués, dit forcément budget conséquent. C’est ce qui freine en réalité beaucoup de détenteurs de logements.

Alors oui, acheter une pompe à chaleur peut coûter une certaine enveloppe, mais l’investissement en vaut largement la chandelle quand on fait l’analyse. Concrètement, une pompe à chaleur correctement installée peut vous aider à diviser votre facture en 3 pour ce qui est du rendement énergétique. Un avantage non négligeable qui peut faire basculer la balance en faveur des pompes à chaleur. Mais combien cela coûte-t-il au juste ? Sachez qu’une installation de pompe à chaleur comprend plusieurs paramètres, notamment :

  • La main d’œuvre ;
  • La pompe en elle-même ;
  • Le circuit.

C’est sans compter un éventuel parquet chauffant qui est à comptabiliser seul puisqu’il vous sera facturé au mètre carré. En tout et pour tout, l’installation d’une pompe à chaleur coûterait entre 10 et 18 000 euros en fonction du modèle choisi. Un investissement rentabilisé dès quelques années d’utilisation.

Pour quel type de pompe à chaleur opter ?

Si le prix de la pompe à chaleur ne vous rebute pas dès le départ, sachez qu’il existe certaines façons de faire des économies quant à son installation. La première étant bien évidemment d’opter pour un modèle à technologie sommaire. Comprendre le fonctionnement de sa pompe à chaleur est capital pour calculer. Il existe en tout et pour tout 3 grands types de pompes à chaleur différents, qui sont :

  • La pompe géothermique ;
  • La pompe aérothermique ;
  • La pompe hydrothermique.
Lire aussi :   Quel est le chauffage le moins polluant ?

Bien que très différentes en termes de fonctionnement, ces pompes à chaleur fournissent quasiment le même rendement. Le mode d’installation variera quelque peu d’un modèle à l’autre, mais la mise en place sommaire restera la même.

La pompe géothermique puise dans l’énergie de la terre pour fournir un travail énergétique suffisant pour chauffer votre domicile. Certaines fois les pompes géothermiques peuvent même être reliées directement avec des nappes phréatiques peu lointaines pour en tirer la chaleur nécessaire. Le cas de la pompe à chaleur aérothermique est différent ; elle prend la chaleur de l’air ambiant pour la restituer à l’intérieur de l’espace de vie. Quant aux pompes à chaleur hydrothermiques, elles reprennent tout simplement le principe du tirage d’énergie de la nappe phréatique, mais de façon exclusive cette fois-ci.

Installer une pompe à chaleur puis l’entretenir

Pour vous garantir un rendement correct sur des années après l’installation de votre pompe à chaleur, il faudra procéder à son entretien régulièrement. Attention toutefois, toutes les pompes ne sont pas conditionnées de la même façon. Aucune expertise particulière ne vous sera demandée pour le faire, simplement une petite connaissance du mécanisme de fonctionnement de votre pompe à chaleur. Les pompes à chaleur géothermiques et hydrothermiques s’entretiennent quasiment de la même façon, c’est-à-dire en gardant un œil régulier sur la pression totale du système. Il faudra également re-remplir le fluide caloporteur du circuit (le même que celui fourni au départ) si vous voyez que le niveau diminue.

Bien sûr, on changera totalement le circuit (vidange) tous les 5 ans. Ce sera différent dans le cas d’une pompe à chaleur aérothermique. Là, il faudra essayer de nettoyer les buses d’insufflation de façon régulière pour garantir que l’air filtré est pur et propre. Vous pourrez procéder au lavage de celles-ci à l’aide d’une solution d’eau et de savon pour aider à décrasser les parois et à les dépoussiérer. Aussi, il faudra prendre en compte le décret officiel qui indique que toute installation frigorifique (comportant un fluide caloporteur ou réfrigérant) doit faire l’objet d’une révision annuelle par un professionnel. Vous recevrez donc la visite d’un technicien superviseur une fois tous les ans. Ce dernier s’assurera que le matériel est en forme conformément aux normes et qu’il ne représente aucun danger.

Lire aussi :   Quels sont les atouts de l'installation d'un poêle à bois ?

Une aide de l’État pour installer sa pompe à chaleur ?

Sachez enfin que vous pourrez bénéficier d’un financement partiel pour l’installation de votre pompe à chaleur. Ce projet mis en œuvre par l’État a pour but principal de s’assurer que tous les foyers de France soient équipés d’une énergie propre et effective pour booster le rendement énergétique. Vous aurez 3 solutions parmi lesquelles choisir (ou à juxtaposer si besoin) :

  • Le crédit d’impôt ;
  • L’ANAH ;
  • Les aides régionales.

Commencez tout d’abord par vous renseigner auprès de votre agence de l’habitat la plus proche si votre département offre des aides pour l’installation de ce genre d’équipements. Plusieurs régions en sont désormais pourvues, notamment celles où les températures sont peu clémentes.

Sachez également que l’ANAH (Agence Nationale d’Amélioration de l’Habitat) propose, elle aussi, des plans pour amortir votre projet de pompe à chaleur. Enfin, la dernière option et la plus préconisée est un crédit d’impôt à hauteur de 30 % pour la somme totale de votre projet. Tout citoyen français ayant un revenu de base inférieur ou égal au seuil établi est considéré comme éligible. Si votre rémunération est jugée assez modeste pour vous permettre de profiter du crédit d’impôts, vous recevrez le montant convenu par chèque directement de l’État. Sans oublier la réduction sur la TVA (5.5 %) sur tout le matériel acheté en vue d’une rénovation énergétique que vous propose l’État également, ainsi que le dispositif de pompe à chaleur à 1 euro pour les plus démunis.

Partager :
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn
Sommaire de l'article

Articles relatifs

Demande de devis

Contactez un professionnel

    Vos informations personnelles





    Votre projet énergétique

    *Champs obligatoires

    Ce site est protégé par reCAPTCHA, cette fonctionnalité est soumise aux règles de confidentialité et aux conditions d'utilisation de Google.