Si vous n'arrivez pas à lire ce message, cliquez ici.

> Comment ça fonctionne ?

Les capteurs, ou modules, sont constitués d’un ensemble de cellules photovoltaïques qui génèrent un courant continu lorsqu’elles sont exposées à la lumière. Ce courant est transformé en courant alternatif par un appareil électronique : l’onduleur. La puissance du système photovoltaïque, et donc l’énergie produite, est proportionnelle à la surface des capteurs installés.
La puissance crête est une donnée normative appliquée aux cellules et modules photovoltaïques. Elle correspond à la puissance que peut délivrer le module sous des conditions standards optimales d’ensoleillement (1000 W/m2) et de température (25°C). Cette puissance crête permet notamment de comparer deux devis entre eux.
En Bretagne, les panneaux doivent idéalement être exposés plein sud et être inclinés à 35 degrés par rapport à l’horizontale pour produire un maximum d’énergie sur l’année. Cependant, une orientation de sud-est à sud-ouest, et une inclinaison de 20 à 60° par rapport à l’horizontale sont acceptables.


ATTENTION aux annonces de taux de production trop alléchantes.
En moyenne, 20 m2 de capteurs représentent une puissance de l’ordre de 3 kiloWatt-crête (3kWc). En Bretagne, une installation de 3 kWc correspond à une production d’environ 3 000 kWh par an.


> Comment utiliser l’électricité produite ?

Une fois produite, vous pouvez utiliser cette électricité de plusieurs manières : vente totale, autoconsommation avec vente du surplus sur le réseau, autoconsommation totale. Les tarifs d’achat - fixes pendant toute la durée du contrat (20 ans) - sont déterminés en fonction de plusieurs paramètres tels que la puissance totale installée, le type de pose, le choix de l’usage de l’électricité, etc.
Exemple :
Pour une installation de 3 kWc, intégrée au bâti, produit environ 3 000 kWh d’électricité par an.
• Option n°1 : Choix de la vente totale 
Cette production d’électricité peut générer une somme d’environ 620 €/an (tarif jusqu’au 31 mars 2018, soit 20,47 c€/kWh).
• Option n°2 : Choix de l’autoconsommation totale
Une autoconsommation totale en habitat individuel est rendue difficile en raison des coûts importants d’investissement et d’entretien des batteries, ainsi que des pics de demande d’électricité (soir et matin) décorrélés de la production photovoltaïque.
• Option n°3 : Choix de l’autoconsommation avec revente du surplus
L’autoconsommation avec revente du surplus (10 c€/kWh, plus une prime de 380€/kWc installé) pourra trouver sa rentabilité économique dans le futur, en fonction de la rapidité de l’augmentation du coût de l’électricité achetée sur le réseau.

L’Association négaWatt a été créée en 2001 par plusieurs experts et praticiens de l’énergie souhaitant promouvoir en France un système énergétique plus soutenable, et réalisable sur le plan technique.
Leur vision est fondée sur une démarche, une approche de bon sens reposant sur trois piliers.
La démarche négaWatt consiste d’abord à réduire les besoins par la sobriété dans les usages individuels et collectifs de l’énergie. L’efficacité permet ensuite de diminuer la quantité d’énergie nécessaire à la satisfaction de ces besoins. La priorité peut enfin être donnée aux énergies renouvelables qui, grâce à un développement ambitieux mais réaliste, peuvent remplacer progressivement les énergies fossiles et nucléaires.

Ce triptyque est aisément transposable au domaine de l’habitat. Avant d’espérer ne consommer que sa propre énergie renouvelable produite sur place, il convient d’interroger son logement dans l’ensemble. Les Conseillers INFO ENERGIE sont là pour vous accompagner dans cette démarche : Usage raisonné de vos équipements électriques, réflexes à adopter, choix d’équipements économes, régulation du chauffage, … sobriété Isolation performante, systèmes de production de chaleur efficaces, maximisation des apports solaires, …efficacité