Si vous n'arrivez pas à lire ce message, cliquez ici.


Rappel réglementaire : la réglementation thermique 2012 (RT 2012)
L’application de la RT 2012 est obligatoire pour toute construction de logement depuis le 1er janvier 2013. Elle impose une étude thermique, réalisée en amont et en aval de la construction, qui définit 3 critères : le besoin bioclimatique (Bbio), la consommation annuelle en énergie primaire (Cep) et la température intérieure de confort (Tic). Il y a également une obligation de moyens telle que la prise en compte de l’étanchéité à l’air pour éviter les pertes de chaleur et les entrées d’air parasites (contrôlée par un test en fin de chantier).

Aller plus loin, c’est possible et même souhaitable !
Depuis plus de 20 ans, nos voisins allemands ont développé une méthode de construction qui leur permet d’avoir un niveau de confort thermique optimum avec une bonne qualité de l’air et des consommations d’énergie extrêmement réduites. Ils l’ont matérialisée par la création d’un label : le label Bâtiment Passif qui s’est développé également en France. Concrètement, cela se traduit par une conception soignée en amont, une isolation renforcée, une bonne mise en œuvre et des équipements performants.

Bien penser la conception
Comme le montre le schéma ci-contre, l’idée est d’optimiser l’implantation et l’orientation de la maison sur le terrain afin de permettre un maximum d’apport de chaleur l’hiver et de pouvoir se prémunir des surchauffes l’été.
Ensuite, la répartition des pièces doit permettre une meilleure exposition des pièces de vie et la création de zones tampons pour les protéger.




Renforcer votre isolation
Afin d’assurer le confort thermique et de diminuer les consommations d’énergie, il est primordial de conserver la chaleur dans la maison. Pour cela le niveau d’isolation doit être renforcé (en mettant un peu plus d’isolant ou en choisissant des matériaux plus performants). Une meilleure isolation passe aussi par la diminution au maximum des ponts thermiques (zone de faiblesse dans l’isolation notamment au niveau des jonctions de parois). Les maisons passives consommant très peu d’énergie à l’utilisation, leur impact environnemental se joue surtout sur la construction, dans le choix de matériaux à l’énergie grise* plus au moins élevée.
*L’énergie grise est l’énergie nécessaire à la conception, la fabrication, l’acheminement et, en fin de vie, l’élimination ou le recyclage d’un produit.

Optimiser la mise en œuvre
Pour assurer l’efficacité et la pérennité de l’isolation ainsi que l’étanchéité à l’air, la mise en œuvre des matériaux et la coordination du chantier doivent être optimisées. Pour cela, tous les intervenants doivent travailler dans un objectif commun de performance.

Le coût de construction
Le surcoût d’une maison de niveau passif par rapport au niveau réglementaire est de 5% à 20%. Il dépend fortement de la conception et des matériaux choisis. Ce surcoût est compensé par une très faible consommation d’énergie et des factures énergétiques plus faibles que pour les bâtiments conventionnels. Enfin, les bâtiments les plus performants sur le plan énergétique et environnemental ont et auront une valeur ajoutée plus importante que les autres. C’est donc un investissement d’avenir !

Comparatif entre une construction "réglementaire" et de niveau "passif"


Votre conseiller INFO->ÉNERGIE vous aide à bien comprendre les enjeux, à vous poser les bonnes questions pour concevoir votre projet, à décrypter les propositions des professionnels… C’est un service gratuit d’intérêt général, profitez-en !
Contactez-le au 0 805 203 205.